Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

(Petit) éloge de la photographie

Publié le par Oxymore

(Petit) éloge de la photographie

Dans ce blog que vous êtes en train de lire, j’ai essayé de beaucoup utiliser de photos pour illustrer mes propos, du moins autant que je pouvais disposer de documents originaux. J’aime beaucoup la photographie, merveilleuse invention, de Nicéphore Niépce, faut-il le rappeler. Et puis c’est grâce à la photographie que le cinéma a pu voir le jour, ce fameux cinématographe des Frères Lumière (originaires de Lyon, faut-il aussi le rappeler).

Nicéphore Niépce prend la toute première photo de l'Histoire en 1826, depuis sa fenêtre

Nicéphore Niépce prend la toute première photo de l'Histoire en 1826, depuis sa fenêtre

Avant la photo, on peignait les grands personnages de l’histoire de l’humanité. Puis on les a photographiés, et le monde découvrait leur fidèle image.

Albert Einstein en 1951, par Arthur Sase (photo originale vendue 125 000 dollars!)

Albert Einstein en 1951, par Arthur Sase (photo originale vendue 125 000 dollars!)

Ainsi l’histoire de la photo est émaillée de très nombreux portraits d’hommes politiques, d’écrivains, d’artistes peintres, acteurs ou chanteurs, de scientifiques, de sportifs, etc. Mais aussi de tant d’anonymes que tant de photographes ont immortalisés sur le papier photo (et aussi, de nos jours, en numérique).

Robert Doisneau, le baiser de l'Hôtel de Ville, 1950

Robert Doisneau, le baiser de l'Hôtel de Ville, 1950

Sans la photo, que serait notre univers ? Et à propos d’univers, les hommes parviennent maintenant à photographier les confins de notre galaxie.

Nébuleuse Hélix (NASA)

Nébuleuse Hélix (NASA)

Oui, belle invention… La photo est un art qui nous permet de voyager dans l’espace et dans le temps. Sans les photographes, nous ne pourrions VOIR le monde tel qu’il est, en tout cas celui qui nous est temporairement ou définitivement inaccessible. La photo fixe à jamais les contours d’une ville qui s’est transformée au cours du temps. Le meilleur exemple que j’ai donné ici pour Feyzin, la ville qui nous concerne, est la disparition définitive du paysage occupé aujourd’hui par la raffinerie : végétation somptueuse, lônes, gravière… Les jeunes générations feyzinoises ne peuvent imaginer que ces lieux où se trouve l’actuelle raffinerie puissent avoir été si beaux et pleins de charme. Le romantisme sous-jacent de ceux qui les ont décrits ou racontés (comme Georges Saunier ou Robert Sublet) a marqué nos mémoires.

Le bac à traille sur le Rhône, à Feyzin (photo Combier)

Le bac à traille sur le Rhône, à Feyzin (photo Combier)

Mais heureusement il y a la photo ! Robert Sublet, qui arpentait ces lieux disparus, n’était pas seulement chasseur, il était aussi photographe, et il fut bien avisé de prendre là tant de clichés. Malheureusement, nous ne savons pas ce qu’ils sont devenus, nous n’avons que quelques photos publiées dans un bulletin municipal dans les années 1970.

Les lônes et l'Allée des Platanes à Feyzin, photos de Robert Sublet
Les lônes et l'Allée des Platanes à Feyzin, photos de Robert Sublet

Les lônes et l'Allée des Platanes à Feyzin, photos de Robert Sublet

La photo, en quelque sorte, écrit l’histoire. Voyez les actuels Etats-Unis,  ce grand pays moderne et puissant. Mais aujourd’hui, on oublie que ceux qui ont peuplé ces terres étaient un peuple né là, qui a vécu là et qui est mort là, on l’a même un peu aidé à disparaître. Les belles photos de Edward S. Curtis (1968-1952) témoignent heureusement de ce qui a été, dans la seconde moitié du XIXe siècle (« The Vanishing Race », la race qui a disparu, est l’un de ses recueils de photos d’Indiens). « Quand le dernier homme rouge aura péri, et que le souvenir de ma tribu sera devenu un mythe parmi les hommes blancs, ces rivages s’animeront des morts invisibles de ma tribu » (Chef Seattle, indien dwamish, 1855, Paroles indiennes, Albin Michel, 1993).

Deux photos de Edward S. Curtis
Deux photos de Edward S. Curtis

Deux photos de Edward S. Curtis

Et puis, à une bien plus petite échelle, voyez comme nous aimons revoir nos photos de famille et nos souvenirs de moments en général heureux. Ah oui, tu te rappelles ? Et celle-là ? Et puis on retourne la photo, mince, on n’a pas mis la date… Et là, tu as vu ces pantalons pat’ d’eph ?...

 

 

(Petit) éloge de la photographie

La photographie nous offre de grands moments, de beaux (ou de mauvais) souvenirs, et elle nous amène parfois à la réflexion sur nous-mêmes, et sur le monde.

Usons et abusons de la photographie.

(auteur anonyme)

(auteur anonyme)

La photographie est une histoire d'amour avec la vie

La photographie est une histoire d'amour avec la vie

A La Réunion, l'écrivain Jean-Claude Alex expose ses ouvrages sur les marchés forains et brocantes ; il affiche ceci :

Jean-Claude Alex est auteur d'ouvrages sur La Réunion "lontan" (= d'autrefois)Jean-Claude Alex est auteur d'ouvrages sur La Réunion "lontan" (= d'autrefois)

Jean-Claude Alex est auteur d'ouvrages sur La Réunion "lontan" (= d'autrefois)

Et puis, pas éloigné de notre propos, voici une récente découverte de C.L., infatigable chineur sur les objets du passé de Feyzin,  le recto et verso d'une photo sur une carte postale (comme il s'en faisait à l'époque), datée de 1915 (Fort de Feyzin)

(Petit) éloge de la photographie
(Petit) éloge de la photographie

Une autre découverte de C., cette lettre d'un officier au maire de Feyzin, en 1910, à propos du suicide d'un soldat sur les bords du Rhône :

(Petit) éloge de la photographie
(Petit) éloge de la photographie

Enfin, si vous avez besoin d'une attestation pour vous déplacer...

En 1805, sur l'Empire français

En 1805, sur l'Empire français

Documents utilisés : envois de C.L., bulletin municipal de Feyzin et web

Partager cet article
Repost0

Les trésors de Marie-Paule

Publié le par Oxymore

Marie-Paule pense toujours à moi. En faisant du rangement dans les propriétés familiales, elle ne jette rien de ce qui peut agrémenter mon blog. Et voilà de nouvelles photos sur le Cercle de Feyzin. Et comment pourrait-on jeter des photos-témoignage, documents uniques et irremplaçables?

Martine Franck (1938-2012) était photographe belge et épouse de Henri Cartier-Bresson

Martine Franck (1938-2012) était photographe belge et épouse de Henri Cartier-Bresson

Et puis Marie-Paule cherche à savoir. Et de demander à sa maman si elle retrouve les circonstances de ces photos, et des noms. L'enquête est fructueuse!

Les trésors de Marie-Paule

Cette photo a été prise contre le mur qui sépare la cour du Cercle de la cour des Guilloux (allée des Marronniers), côté Guilloux. Avant, il y avait une porte au fond de la cour du Cercle, c'est celle qu'on voit à gauche sur la photo. On voit aussi le toit des anciens WC derrière.

Il s'agit d'un groupe de jeunes Feyzinoises (dont la maman de Marie-Paule), encadrées par deux vieilles dames pour préparer un grand repas pour un anniversaire "carillonné" du Cercle. Dans la grande salle du Cercle, étaient dressées des tables sur tréteaux avec nappes blanches, et un vrai repas était cuisiné et servi par ces demoiselles. Comme il n'y avait pas de cuisine au Cercle, c'est la grand-mère Guilloux qui avait prêté sa cuisine, et il n'y avait que la petite cour à traverser pour apporter les plats.

Quel anniversaire? La maman de Marie-Paule ne sait plus. Elle pense qu'elle avait une vingtaine d'années, ce qui daterait la photo de 1949 ou 1950. Quel âge avait le Cercle à cette époque?

Les commentaires sont de Marie-Paule. Réponse pour l'âge du Cercle : une trentaine d'années. En effet, le Cercle est né il y a cent ans, voir à ce propos dans ce blog l'article du 1er janvier 2009, dont je donne ici un extrait :

Le Cercle fut fondé en 1921 à Feyzin. Conçu à l’initiative d’un prêtre, l’abbé Anselme, curé à Feyzin, et d’un groupe de jeune Feyzinois , le bâtiment fut construit au bout de l’allée des Marronniers, « avec l’argent, les dons en nature et la sueur des pionniers », écrit Georges Saunier dans Feyzin au passé simple 2 (1986) ; il ajoute que la salle « a été longtemps le berceau , le lieu, le témoin de toute la vie paroissiale locale »

Les noms pour cette photo : de gauche à droite,

Jeanine Jarnet, Anne-Marie Pichot, Andrée Rivière, Noëlle Sublet, Denise Monnery, Madame Orard, Jeanine Chavant, Claude Bailly, Marguerite Violet et Jeannine Violet.

 

 

 

 

Les trésors de Marie-Paule

Cette seconde photo semble accompagner la précédente. Elle est de moins bonne qualité, elle ressemble à la copie d'une photo parue dans le journal. "Là, la date est plus précise, me dit Marie-Paule, car dans le jambes de mon grand-père, il y a mon cousin Jean-Claude qui lui, est de 1947. Et là, il a clairement deux ans. Ce qui me fait dire que tout ce beau monde (que des mecs!) a dû poser pour une photo importante d'une journée carillonnée, pendant que les filles font les boniches (sur l'autre photo) pour les servir."

Les trésors de Marie-Paule
Les trésors de Marie-Paule

Pour cette troisième photo, il doit s'agir d'une balade avec le père Piraut, qui officiait dans les années 1950.

Au verso, nous avons les noms et la date :

Les trésors de Marie-Paule

Grand merci à Marie-Paule Boria pour ces aimables souvenirs.

Pour terminer aujourd'hui, je vous redonne cette vieille attestation de sortie (document que m'avait envoyé C.L.) :

Les trésors de Marie-Paule

En fait, je n'avais pas mis le commentaire de C. :

"Une attestation de déplacement en 1720 contre l'épidémie de la peste ! C'est drôle quand même que l'histoire se rappelle à nous. Mais à l'époque l'amende n'était pas de 135€, mais la peine de mort..."

Partager cet article
Repost0

Gourmandises

Publié le par Oxymore

C.L. m'a envoyé quelques fiches sur les gourmandises de Lyon (trouvée sur le web sans doute), je vous les transmets, il est toujours bon (dans tous les sens du mots) de revoir nos classiques lyonnais... Bon appétit!

Gourmandises
Gourmandises
Gourmandises

Partager cet article
Repost0

Les Minguettes

Publié le par Oxymore

Voisin tout proche de Feyzin, le quartier des Minguettes à Vénissieux remonte depuis sa restructuration aux années 1960.

C'est un bourgeois de Lyon, Galien Minguet, qui possédait là un domaine au XVIIe siècle, qui a donné son nom à ce quartier.

Les Minguettes avant la ZUP (doc. Wikipedia)

Les Minguettes avant la ZUP (doc. Wikipedia)

Donc dans les années 1960, pour répondre à un important accroissement de la population vénissianne, il fut décidé la construction d'un vaste ensemble urbain sur ce quartier, dans le cadre du plan des ZUP (zone à urbaniser en priorité). De 1965 à 1973, de grandes tours ont donc changé le paysage au nord de Feyzin.

Carte postale (vers 1965) chinée par C.L.

Carte postale (vers 1965) chinée par C.L.

Le verso de la carte

Le verso de la carte

Ce quartier, composé à 60% de HLM, devint vite, à la fin de sa construction, ce qu'on appelle aujourd'hui un quartier sensible, en raison des difficultés de ses habitants (fort taux de chômage, particulièrement chez les jeunes). C'est peu après l'arrivée des socialistes au pouvoir, que de violents affrontements entre jeunes et forces de police se sont produits, en juillet 1981. Les Français découvraient ces banlieues difficiles, avec surtout le choc des voitures brûlées. Le gouvernement dut répondre à ces mouvements par une politique de la Ville, poursuivie de nos jours.

Les "rodéos de la colère" (ph. Blog de fabflodu69)

Les "rodéos de la colère" (ph. Blog de fabflodu69)

A partir de 1983, une vingtaine de tours ont été détruites, une importante opération de rénovation urbaine s'est mise en place.

Démolition d'une tour en juin 1983 (doc Wikipedia)

Démolition d'une tour en juin 1983 (doc Wikipedia)

C'est hier qu'a été dynamitée la barre de Monmousseau.

 

Spectaculaire démolition... (ph. Lyonmag)

Spectaculaire démolition... (ph. Lyonmag)

 

Le quartier des Minguettes compte aujourd'hui 22 000 habitants.

(doc Wikipedia)

(doc Wikipedia)

Sources : Wikipedia et web

Partager cet article
Repost0

La chasse aux trésors

Publié le par Oxymore

Les trésors, ce sont ceux que trouve notre chineur "collectionneur d'histoires", c'est-à-dire C.L.

Sa recherche effrénée dans les brocantes et vide-greniers ou dans son réseau d'amis et relations donne des résultats sublimes, il m'envoie régulièrement (comme je vous l'ai déjà dit) ses trouvailles. Et chaque fois, je suis ébloui par icelles!

Voici donc, pour le partage, ces magnifiques photos, témoins du Feyzin d'autrefois.

Partie de pêche

La chasse aux trésors

Une photo en couleur!

Le gros tampon de la poste indique 1er février 1905 ; selon C., l'homme à la casquette pourrait être le passeur du bac à traille sur le Rhône.

C. m'a demandé si je pouvais faire disparaître le tampon sur la photo, mais je n'ai pas assez d'outils numériques pour cela ; tout ce que j'ai pu faire, c'est recadrer la photo :

 

La chasse aux trésors

Tour de France à Feyzin

La chasse aux trésors

L'étape Saint-Etienne-Lyon passe à la Bégude, à hauteur du 55 route de Vienne ; on voit à gauche, avec pleins de spectateurs juchés dessus, le mur d'enceinte de la propriété des Soeurs, avec le Château de la Bégude, mur qui a été démoli au moment de la restructuration du quartier de la Bégude. Jour pluvieux que ce 26 juillet 1956!

Le bas de Feyzin inondé

La chasse aux trésors

Et les pluies, qu'apportent-elles? Des inondations... Particulièrement du quartier du Rhône jusqu'aux Razes. Ces crues du Rhône étaient courantes jusqu'avant le chantier de la raffinerie. Ici, 25 février 1957.

Partie de boules à La Bégude

La chasse aux trésors

On a bien sûr reconnu le lieu, le café Calamar, mais pas les protagonistes, et la photo n'est pas datée.

L'orchestre Sublet

La chasse aux trésors

En 1967, avec Jean-Marc Sublet (si je ne me trompe pas), à l'époque frénétique des Beatles!

Je ne cesserai de remercier C.L. et je dois rendre hommage à sa tante Pierrette qui lui avait laissé des photos (notamment celles de l'article précédent) avant de se "retirer dans l'au-delà", comme il me l'a écrit.

Tous droits réservés pour les photos et illustrations.

Si vous arrivez sur ce blog, vous trouverez dans l'historique de nombreux articles qui détaillent ces moments de la vie feyzinoise : les crues du Rhône, Feyzin avant la raffinerie, les quartiers comme La Bégude, et bien d'autres choses!

Partager cet article
Repost0

Souvenirs du Cercle

Publié le par Oxymore

Nous avons déjà parlé longuement dans ce blog du Cercle de Feyzin. Association promouvant le sport (après sa création, ainsi il s'appelait à l'origine le Cercle athlétique de Feyzin, C.A.F.) et les activités de loisirs, puis culturelles, son local se trouvait au Carré Brûlé, une grande salle de spectacle qui a vu bien du monde pour ses diverses représentations et soirées à thèmes.

Aujourd'hui, nous évoquerons deux manifestations à l'aide de photos transmises par C.L.

Troupe folklorique féminine

Souvenirs du Cercle

La photo n'est pas datée (peut-être vers 1950) et semble avoir été colorisée. Nous nous sommes amusés à retrouver les noms des filles. Marie-Paule m'avait envoyé une photo numérotée, mais elle a sauté un chiffre! Dans le même temps, j'avais fait ma numérotation sur une photo légèrement retouchée :

 

Souvenirs du Cercle

Voici donc le résultat de nos recherches : 

1. inconnue

2. Lucie Jonas (épouse Jonchier)

3. Simone Gallifet 

4. Marie Dhiouze

5. inconnue

6. Nina Pasteur

7 et 8. inconnues

9. Pierrette Lacombe (soeur de Frédo Lacombe)

10. Thérèse Gallifet

11. Raymonde Sublet

12. inconnue

13.  ... Jonas (épouse Kopp)

14. Adrienne Béry (épouse Genevrier, fille de Claudius Béry, résistant feyzinois fusillé par les Nazis)

15. inconnue

16. Georgette Saunier (épouse Gallifet, soeur de Gorges Saunier, historien de Feyzin)

17.  ... Bugnon-Murys (épouse Campi)

18. Raymonde Guerpillon (épouse Beillot)

19. Lucienne Ramillier (une soeur de Marcel Ramillier, qui fut Maire de Feyzin)

Et ce gamin à gauche, qui semble vouloir être sur la photo?

Souvenirs du Cercle

D'après Marie-Paule, ce pourrait être Lucien Migliorati.

Le Cercle en sortie (1950)

Souvenirs du Cercle

Nouvelle recherche, avec une numérotation brillamment effectuée par Marie-Paule ; vous allez voir d'ailleurs qu'il y presque toute la famille de Marie-Paule, enfin, j'exagère, je dis toujours que Marie-Paule est parente et alliée avec presque tout le Vieux Feyzin*!...

 

* ce que semblent confirmer encore ses actuelles recherches généalogiques!

Souvenirs du Cercle

Nous n'indiquerons que les personnes reconnues sur les 70.

1. Marthe Sublet, née Migliorati

2. Robert Sublet

3 et 4. M. et Mme Hernette

6. M. Bailly (grand-père de Dominique, actuel historien de Feyzin)

8. Marcel Ramillier (qui fut Maire de Feyzin)

9. Madeleine Montagnon

10. Mme Sublet (mère de Pierre Sublet, de La Tour)

11. Antonin Sublet, son mari

12. Eugène Comte

13. Lucienne Comte, née Couturier

15. Frédo Lacombe

16. M. Fournier (père d'Andrée, une amie de mes soeurs)

18. Aimé Galon

21. Jean Machabert

24. M. Ciré, qui habitait à la Cité Lumière

25. Mme Bailly (grand-mère de Dominique)

26. Jeanne Pichot, née Gandy (grand-mère de Marie-Paule)

27. Léonie Sublet

28. Renée Ramillier

30. Mme Ramillier

31. Suzanne Paillet, née Pichot (tante de Marie-Paule)

32. Henri Bailly

33. Jean Bailly (mari de Janine, la cousine de Marie-Paule)

34. André Paillet (cousin de Marie-Paule)

35. Janine Bailly, née Paillet (cousine de Marie-Paule)

36. Andrée Lacombe

37. Louis Paillet (grand-oncle de Marie-Paule)

40. Le Père Pirault, à qui succéda le Père Doublier

41. Mme Basson

42. Mme Machabert

43. Mme Ciré (épouse du n° 24)

44. Maria Gandy (grand-tante de Marie-Paule)

45. Loulou Bugnon-Murys

46. Raymonde Sublet

47. Thérèse Basson

48. Angèle Gandy (grand-tante de Marie-Paule)

49. Yvonne Guilloux

50. Charles Guilloux

51. Mme Guilloux (mère du précédent)

52. Jo Orard

53. Mme Pellet

54. Ninette Galon

55. Jean Galon

56. la directrice du bureau de poste (nom oublié)

57. Mme Fournier (épouse du n° 16)

58. Irène Lescot

59. Jacqueline Monnery

60. Mme Sublet (mère de Georges)

61. Simone Gros

62. Angèle Orard (qui fut Maire de Feyzin)

63. Anne-Marie Pichot (mère de Marie-Paule)

64. Noëlle Sublet

66. Denise Monnery, épouse Guyot

67. Mme Gros (mère de Simone)

68. Marcelle Sublet

69.  ... Bugnon-Murys

70. Odette Monnery

 

Ouf! Alors il y a peut-être des erreurs (C.L. avait parlé de Tony Blanc et de la famille Gauchon, mais Marie-Paule ne les voit pas...) et sûrement des oublis. Chers lecteurs, à vous de me (nous?) corriger.

 

Pour plus de "lisibilité", j'ai scindé cette grande photo en deux :

Souvenirs du Cercle
Souvenirs du Cercle

Je remercie chaleureusement C.L. pour les photos, ma soeur Denise, Marie-Paule Boria et sa maman pour les recherches de noms à mettre sur les visages (sans oublier le travail numérique de Marie-Paule!)

Partager cet article
Repost0

Forts de l'Est lyonnais

Publié le par Oxymore

Je vous transmets le texte de Clément Barioz, de l'association Viniciacum (Vénissieux), que m'a envoyé C.L.

 

Chers amis,

 

L'association Viniciacum sera présente ce dimanche 28 février (9h-12h) au fort de Feyzin pour proposer à la vente, le livre "Forts de l'Est lyonnais", coordonné par la Fédération du Patrimoine de l'Est lyonnais.

 

Dans ce livre, outre un formidable travail des associations de l'Est lyonnais sur leurs forts, vous trouverez quelques pages réalisées par notre association concernant la poudrerie de Saint-Fons et celle de Vénissieux, peu connue.

 

La ville de Feyzin propose également en parallèle la visite du fort sur inscription. D’après leur site, elles seraient complètes. https://www.ville-feyzin.fr/actualites/339-la-boulangerie-du-fort

 

De plus, notre boulanger vénissian, Alexandre Dallery, ouvrira comme tous les derniers dimanches de chaque mois, la boulangerie du fort. Venez déguster le pain, les pizzas et les tartes cuits au feu de bois !

 

Portez-vous bien,

A bientôt,

Amicalement

Clément Barioz pour Viniciacum

Forts de l'Est lyonnais

Partager cet article
Repost0

Les Feyzinois dans le journal

Publié le par Oxymore

Les quotidiens locaux nous informent sur l'actualité régionale. Les articles sur la commune sont nombreux, et il serait intéressant de consulter les archives de ces journaux pour connaître la vie locale.

Fort heureusement, il est des "collectionneurs d'histoires", comme C.L. (l'expression est de lui) qui découpent des articles dans le journal et les conservent. Pour notre plus grand bonheur, puisqu'il est possible de les partager en les publiant ici.

Aujourd'hui, nous allons parler de quelques figures qui ont marqué la vie de la commune, dans les années 1970-1990.

Les articles du journal (en l'occurrence Le Progrès de Lyon) sont souvent écrits à la triste occasion du décès des personnes, mais pas toujours. Voyons ceux dont nous disposons, mais malheureusement, les articles n'ont pas été datés, pour la plupart.

 

DOCTEUR PROST

Les Feyzinois dans le journal

MARCEL BRANCHE

Les Feyzinois dans le journal

PIERRE JONCHIER

Les Feyzinois dans le journal

DANIEL CHAMONTIN

(lire "rue des Razes" - et non Rozes, et "Léon Primaut" - et non Primant)

(lire "rue des Razes" - et non Rozes, et "Léon Primaut" - et non Primant)

Le Docteur Prost était une notoriété à Feyzin, il était notre médecin de famille (d'ailleurs il était le seul médecin à Feyzin) et j'avais un peu peur de lui quand j'était petit...

Je me souviens de Marcel Branche comme quelqu'un de jovial, et fort actif au FCBE.

Quant à Pierre Jonchier, je me souviens surtout de son éternelle pipe.

Daniel Chamontin était mon voisin d'en face, je le revois avec sa blouse et la clope au bec.

Aux articles envoyés par C.L., j'ajouterai ceux consacrés à mon père, Emile FERRARO, un portrait de lui, en 1991, et un article après son décès en 1992.

Les Feyzinois dans le journal
Les Feyzinois dans le journal

Mon père était ancien combattant car il avait choisi la naturalisation avant la guerre. Mes condisciples de l'école primaire ne le savaient pas, eux qui me reprochaient d'être de la lignée de ceux qui avaient un temps combattu contre les Français lors de la Seconde Guerre mondiale. Ah, le nationalisme...

Et puis, plus près de nous, j'ajouterai cet article (peut-être de 2017) sur mon grand ami Bernard GALLIFET, neveu de Georges Saunier, notre grand historien feyzinois. Article pertinent et nécessaire, malheureusement trop court. Sa retraite se passe entre sa famille (ses petits enfants) et les séjours dans le Midi

Les Feyzinois dans le journal

Merci à C.L. pour l'envoi des articles, au Progrès de Lyon et à Gaston Riffard, longtemps chroniqueur de Feyzin au journal.

Si vous disposez d'articles de ce genre, merci de m'en faire part (formulaire de contact sur ce blog)

Partager cet article
Repost0

D'aujourd'hui et d'hier

Publié le par Oxymore

J'ai déjà évoqué dans ce blog combien Feyzin connaît les affres de la vie des banlieues, à cause de la métropole de Lyon et de plusieurs de ses communes aux difficultés sociales nombreuses depuis les années 1980. On a parlé ici des voitures brûlées, et des amis feyzinois me racontent des faits qui ajoutent à la morosité due à l'épidémie de covid 19 : agressions, harcèlement scolaire, tags sur les clôtures de propriétés privées, rodéos ou incivilités diverses, sans parler de la saleté (voir quelques photos dans ce blog). Tout cela fait partie du nouveau paysage urbain...

 

Le street art, né de la culture urbaine (ici, rue Thévenet à Lyon - web)

Le street art, né de la culture urbaine (ici, rue Thévenet à Lyon - web)

Avant, à Feyzin, rien de tout cela. Mes correspondants m'envoient toujours des documents sur le Feyzin d'autrefois, que je vous livre ici.

Illustration pour le portail (disparu) du Château de l'Isle

Illustration pour le portail (disparu) du Château de l'Isle

Au Fort de Feyzin (photo non datée)

Au Fort de Feyzin (photo non datée)

La gare de Feyzin, début du 20ème siècle

La gare de Feyzin, début du 20ème siècle

Photo Combier

Photo Combier

Rue du Carré Brûlé (près de l'actuelle Mairie), même période

Rue du Carré Brûlé (près de l'actuelle Mairie), même période

Rue Fine, au fond, l'église - début 20e

Rue Fine, au fond, l'église - début 20e

Le bac à traille sur le Rhône (photo Combier, vers 1950)

Le bac à traille sur le Rhône (photo Combier, vers 1950)

Plus près de nous, dans les années 1950, les photographes (pour les cartes postales, et en particulier CIM-Combier) saisissent en aérien les images de Feyzin (et d'autres communes de la région) ; ici une vue du Feyzin d'avant la raffinerie, et une vue du quartier des Razes.

D'aujourd'hui et d'hier
D'aujourd'hui et d'hier
Le quartier de l'église et, au fond, le panorama disparu
Le quartier de l'église et, au fond, le panorama disparu

Le quartier de l'église et, au fond, le panorama disparu

Enfin, une carte postale qui ne nous est pas inconnue, mais colorisée, la Bégude, avec l'une des premières automobiles à moteur à Feyzin

(Delcampe)

(Delcampe)

Ces documents m'ont été envoyés par C.L.

De son côté, Dominique Bailly m'a envoyé quelques vues du Feyzin de janvier 1966, après l'explosion de la raffinerie (doc. INA) :

L'église, avec la neige

L'église, avec la neige

D'aujourd'hui et d'hier
Au bout de la rue Thomas, les sphères éventrées par l'explosion

Au bout de la rue Thomas, les sphères éventrées par l'explosion

Et pendant ce temps... Que fait Marie-Paule? Des masques!

D'aujourd'hui et d'hier

Et je ne résiste pas au plaisir de vous offrir cette belle photo de son nouveau chat, Maggie, une minette angora...

Oserai-je vous dire que l'époux de Marie-Paule est devenu un père-aux-chats, comme elle me l'écrit...

Oserai-je vous dire que l'époux de Marie-Paule est devenu un père-aux-chats, comme elle me l'écrit...

Merci à C.L., Dominique et Marie-Paule pour ces envois.

Partager cet article
Repost0

Annuaire de Feyzin (1901)

Publié le par Oxymore

C.L. m'avait envoyé la page de Feyzin de l'annuaire 1901.

Annuaire de Feyzin (1901)

Il y avait 1240 habitants à Feyzin et M. Milliat était le maire de la commune.

On retrouve ces professions disparues* (vannier, tonnelier, bourrelier, ferblantier, maréchal-ferrant, potier...) et des services désuets ("grains et farines"), le garde-champêtre et bien sûr les cafés, pas moins de 9 en 1901!

Et bien sûr de vieux noms de Feyzin parmi les agriculteurs : Comte, Curty, Gandy, Sublet...

 

* voir articles consacrés à ce thème dans ce blog

 A peu près à la même époque, à Vernaison, le restaurant Ballandras

Annuaire de Feyzin (1901)

Documents de C.L.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>